La jalousie - Un enseignement d'Ani Seunam Wangmo

Après qu'Ani Seunam eût fuit, de nuit et sans prévenir, le monastère où elle demeura quelque trente années, je la rejoignis, en compagnie de ma femme et de notre fils, dans le lieu où elle se mît en retraite avec son compagnon.

Nous discutions des problèmes majeurs dans les sanghas, problèmes se résumant pour la plupart à des conflits entre les personnes. Chacun racontait un peu ses propres expériences, et ce dont il avait été témoin.

J'avais déjà été effaré de voir, dans ma courte expérience des communautés bouddhistes, à quel point il était fréquent que des membres, apparemment bien intégrés, disparaissent du jour au lendemain, la plupart du temps sans laisser de nouvelles.

Au fur et à mesure de notre discussion, se dévoilait un univers sourd, caché, mais pourtant bien commun, une dimension où régnaient des pulsions meurtrières sercrètes. Le mot jalousie revenait souvent.

Après un silence dans nos échanges, Ani Seunam eut l'air de rassembler ses pensées, puis prit la parole, en disant à peu près, et en résumé, ce qui suit :

"Dans cette vie de pratiquants, l'émotion la plus importante à reconnaître en nous-même est la jalousie. Parce qu'après la mort, dans les expériences du Bardo, des cinq lumières qui se présentent successivement à nous, la lumière verte est la plus difficile à reconnaître. Donc si nous n'avons pas reconnu la jalousie pendant notre vie, il nous sera impossible de la reconnaître après la mort."

C'est dire donc à quel point elle est difficile à reconnaître en soi-même en cette vie. En me souvenant de cet enseignement en plein monde du travail, j'ai pu réaliser à quel point la jalousie dépasse l'idée qu'on peut s'en faire habituellement, justement parce qu'elle ne peut se regarder elle-même, et donc tout le monde garde le secret.
On aime dire qu'on a du désir, qu'on est amoureux, qu'on aime ou qu'on est attaché. Nous pouvons ressentir quelque fierté ou affirmation de nous-même à dire que nous sommes en colère. Il peut nous être indifférent d'avouer notre ignorance, hébétitude, ou abrutissement. Il peut être difficile de démasquer son propre orgueil, ou de se l'entendre reprocher, mais ça passe encore.

La jalousie est comme une irritation plus fine, à la vibration plus rapide que l'énergie de la colère, et elle est bien plus diffuse que cette dernière. La jalousie est très difficile à décrire, mais c'est elle qui est à l'origine de la frénésie à réaliser, accomplir des projets, à travailler, à aller vite, à se préparer une armée, puissante, nombreuse et bien ordonnée.
La jalousie est une affaire de coulisses, une affaire de prise de pouvoir par les messes basses.

La jalousie est ce qui nous fait rechercher et parler dequi est plus fort, plus grand, plus intelligent, qui est sublime et qui est insignifiant, qui est brillant et eclatant, capable des exploits les plus extraordinaires, et qui est terne, moyen et capable tout juste de l'habituel ordinaire. C'est elle qui nous pousse constament à comparer, et nous enferme dans la paranoïa qui peut tout envahir, si d'autres énergies ne prennent pas le relai.
Plus particulièrement, on peut observer une guerre latente et larvée, une guerre femmes/hommes entre les deux sexes en général, qui a existé depuis longtemps sans doute, mais qui est tout de même un des signes inquiétant de l'évolution de nos sociétés.

Les cinq émotions ont toutes leur aspects confus et leur aspects de sagesse, selon qu'on est soi-même confus ou quelque peu sage. Au cours du cheminement dans la méditation, nous observons des contrastes, des changements dans les formes que prennent nos émotions, et il n'est pas difficile de voir pour chacune son aspect positif. Mais s'il est vraiment ardu de démasquer les aspects confus, samsariques de la jalousie, c'est un exploit encore plus extraordinaire que d'en révéler les aspects de sagesse, les aspects éveillés.

Si la jalousie est le pire des poisons, c'est bien qu'elle est aveugle d'elle même. Essayez de suggérer à quelqu'un qu'il ou elle ressent de la jalousie, et vous verrez à la réaction de la personne comment la jalousie ne se laisse pas regarder. Faire face à sa propre jalousie est une expérience intensément horrible qu'aucun autre réflexe ne nous vient que de fuir par tous les moyens, et c'est exactement ce qui se passera dans le bardo, après notre mort, si dès aujourd'hui nous ne nous entraînons pas.

Ayant offert la victoire d'avance aux ennemis de nos querelles jalouses,
Plongeons dans l'univers de nos fautes cachées
Plongeons, amies, amis, dans notre enfer personnel secret,
et ramenons-en le plus rare trophée de libération !

Mes humbles et chaleureux remerciements à Florence Ghibellini, grâce à laquelle ce souvenir m'est revenu, à l'occasion d'un échange mémorable.

« Retour vers la liste






[Intro] [Accueil] [Produits] [Ateliers] [Invités] [Contact] [Ma sélection] [Livre d'Or]
Dobeuliou Création Sites Internet

Mérite & Patience - Au Bouddha, au dharma et à la sangha, un couple d'artistes pratiquants fait offrande de son mandala, de son activité, de ses pratiques, de son artisanat, fait offrande de vajras, de cloches, de malas en pierre, de lampes en tous métaux précieux, offrande infinie d'objets rituels décorés des plus belles pierres fines et précieuses, et convie les autres artistes, artisans et méditants, bouddhistes ou non, à une joie pure et sans limite.