Rêve et pierres.

Le rêve d'une vocation ?

Quelques semaines avant de faire ce rêve, j'ai vu une émission à la télé qui m'a retourné. On voyait une exploitation de diamants, parmi les plus rentables du monde, en Australie. On n'y trouve pas énormément de diamants au mètre cube, mais ils sont gros et de grande qualité. Alors on voit par hélicoptère une superbe montagne, très arrondie, couverte d'arbres et de végétation, la plus ancienne du monde, sacrée parmi les plus sacrés pour les Aborigènes, lesquels n'y allaient qu'initiés, pour des courses de pouvoir, qu'ils se transmettent en rêve. Dans ces rêves, ils rencontrent des entités liées à certains lieux de chemins, et ces entités sont liées à l'eau, à des éléments concernant la survie terrestre et la vie spirituelle, ainsi qu'à divers trésors du sous-sol. Personne d'autre n'y allait pour aucune autre raison, uniquement les courses de pouvoir.
On voit donc cette superbe montagne, témoin des premiers âges de notre terre, et au fur et à mesure que l'hélico tourne autour d'elle, on découvre l'enfer, les entrailles de la montagne à l'air, un tiers de la montagne manquante, et un circuit de machines immenses et de camions s'affairant, le tout encerclé par du barbelé, et rythmé par des explosions gigantesques.
Une seule employée était Aborigène, s'occupait de basses tâches et semblait à la fois lobotomisée et honteuse. Les autres n'osaient pas travailler là, et probablement qu'on ne leur proposait pas.
Puis c'est une Australienne, chapeau de cowboy et santiagues, qu'ils ont interviewé, superficielle comme pas possible, pour finir de rendre le tableau bien sinistre.

Alors voilà mon rêve. Je pense que je l'ai fait en Syrie, j'y étais pour du boulot. Mais je suis pas sûr du tout. Mais c'était au moins deux trois ans voire cinq avant que je commence à bosser dans la pierre (J'ai commencé en 97).

Le rêve a commencé par un vol, magnifique, de trois aigles, dans un paysage désertique. Mes parents et moi-même étions dans les airs, et je me souviens de la sensation du vent dans mes ailes, et de nos très fins mouvements pour changer nos trajectoires.
Parvenus au-dessus de montagnes rocheuses, en levant une aile vers le ciel, nous tournoyâmes jusqu'à nous poser non loin de la roche rouge, où nous parvînmes sous forme humaine.

Ca ressemblait aux montagnes de Petra, dans le désert Jordanien, avec certains aspects de canyons et de roches empilées, comme aux US ou au Mexique.
Vu du sol, certains empilements étaient composés de roches plutôt rondes et lisses, vert-jaune opaque, un peu comme de l'amazonite, des fois en plus jaune. C'était étrange, et j'ai tout de suite été curieux de ces pierres, un peu étonné. Elles avaient l'air de former un aspect très spécifique du lieu, et la ville qui était non loin, plutôt le village, avait un rapport avec cette pierre.
Au fur et à mesure que nous entrions dans ce lieu, qui ressemblait à un bourg antique, mes parents perdaient un peu de présence, tout en restant autour. Les gens portaient des turbans, et il y avait des chameaux.
Nous passâmes près d'une arène, et par sa porte on voyait un chameau à l'intérieur, et juste après commençaient des boutiques.

Nous entrâmes dans l'une d'elles, qui proposait des pierres comme celles que j'avais remarqué à l'arrivée, mais moins opaques. Elles étaient par sacs hauts jusqu'à la taille. Je regardais, quand l'homme de la boutique vînt et me dit quelque chose comme "tiens, c'est ça que tu devrais regarder" (je ne me rappelle pas assez bien). J'ouvris ma main, et il y déposa une petite pierre triangulaire, mais toute arrondie de partout, la même que les autres, mais d'une qualité vraiment différente, c'est à dire peu ou pas opaque. Je n'ai pas eu le temps de bien voir, parce qu'au moment où elle a touché la paume de ma main ouverte, une douleur violente au ventre, comme un coup mais interne, m'a saisi, en même temps que venait dans mon esprit l'image d'une explosion à la montagne sacrée. Je suis tombé à genoux sur le sol, puis mon corps à basculé vers l'avant. J'ai quitté le rêve recroquevillé, sur le sol de la boutique, et lorsque je me suis réveillé, la résonance d'une explosion faisait écho à la douleur de l'abdomen...

Cette douleur ne m'a pas quitté, même après des années.

Sans être intrigué par le sens des éléments du rêve, j'ai cependant été fortement marqué par cette expérience, et celà m'a laissé un dégoût grandissant dans la manière dont les affaires sont faites. Petit à petit j'ai approché ce monde de la vente de pierres, jusqu'à son coeur, la place vendôme. La tension entre ce que je faisais et ce que je savais de par ce rêve a fini par céder le jour où j'ai compris le message.

Seulement ce n'est qu'aujourd'hui , ce jour de mars 2006 que la douleur à l'estomac s'est complètement estompée.

Grâce à une amie qui a catalysé cette expression, et à un ami qui redonné à la goutte du coeur sa douceur soyeuse, un artisan de Mérite et Patience connaît enfin un brin de sérénité, et peut à présent se consacrer au service de la Terre, et à la louange de son créateur, le Ciel

« Retour vers la liste






[Intro] [Accueil] [Produits] [Ateliers] [Invités] [Contact] [Ma sélection] [Livre d'Or]
Dobeuliou Création Sites Internet

Mérite & Patience - Au Bouddha, au dharma et à la sangha, un couple d'artistes pratiquants fait offrande de son mandala, de son activité, de ses pratiques, de son artisanat, fait offrande de vajras, de cloches, de malas en pierre, de lampes en tous métaux précieux, offrande infinie d'objets rituels décorés des plus belles pierres fines et précieuses, et convie les autres artistes, artisans et méditants, bouddhistes ou non, à une joie pure et sans limite.