Prière à St Séraphin, et paroles de joie

Saint Séraphin de Sarov,
Vous qui avez connu la solitude du désert
Qui avez connu l'amitié des animaux
Réceptacle de la bonté divine,
Staretz, vous avez fait sourire mon coeur et mon esprit,
Moi l'arabe de la Seine St Denis.

De mon front je touche vos pieds d'humilité
Que vos paroles par moi ici rapportées
Réjouissent mes amis visiteurs
Remplissez notre coeur de votre nectar
Et pour notre époque agitée, déchiquetée
Ayez encore une fois une pensée.



"On l'aimait au monastère pour son entrain et sa bonne humeur.

"Que j'étais gai alors !... dira-t-il plus tard à une religieuse. La gaïté n'est pas un péché, Matoushka, au contraire. Elle chasse la fatigue, et de la fatigue provient le découragement, rien de pire !
Quand je suis entré au monastère, je chantais dans le choeur. Il arrivait parfois que les frères étaient fatigués, les chants s'en ressentaient, certains ne venaient pas chanter du tout. Et moi, ma joie, j'étais si gai ! Quand ils se rassemblaient tous, je leur disais quelque chose de drôle, ils en oubliaient leur fatigue. Dans la maison de Dieu, il est malséant de parler ou de faire quoi que ce soit de mal, mais un mot bienveillant, amusant, encourageant, n'est pas un péché Matoushka. Il aide l'esprit de l'homme à se tenir dans la joie devant la face de Dieu" "

Propos recopiés par votre serviteur indigne du livre suivant :

"Séraphim de Sarov"
Par Irina Goraïnoff
Editions Desclée de Brouwer - Abbaye de Bellefontaine

« Retour vers la liste






[Intro] [Accueil] [Produits] [Ateliers] [Invités] [Contact] [Ma sélection] [Livre d'Or]
Dobeuliou Création Sites Internet

Mérite & Patience - Au Bouddha, au dharma et à la sangha, un couple d'artistes pratiquants fait offrande de son mandala, de son activité, de ses pratiques, de son artisanat, fait offrande de vajras, de cloches, de malas en pierre, de lampes en tous métaux précieux, offrande infinie d'objets rituels décorés des plus belles pierres fines et précieuses, et convie les autres artistes, artisans et méditants, bouddhistes ou non, à une joie pure et sans limite.